Logements, groupe scolaire et gymnase - Zac Montjoie

Conception réalisation de logements familiaux intergénérationnels, d’un groupe scolaire de 19 classe et d’un gymnase - RT 2012

Lieu : Saint Denis (93)
Type d'ouvrage : Logements
Maître d'ouvrage : Sequano aménagement
Architecte mandataire : Platane & Ilić associés
Partenaires : SPIE SCGPM (Mandataire), Rudy RICCIOTTI Architecte associé, Ingerop (TCE)
Collaborateurs :

Mission : Conception Réalisation
Statut : Associé
Dévolution : Concours
Surface : 17 000 m2
Montant des travaux : 33 463 000€
Début des études : 02/28/2013
Fin des travaux : 02/28/2013
Etat actuel : Sans suite
Le bâtiment s’implante volontairement au nord de la parcelle afin de se dégager le plus possible du masque d’ombre du bâtiment existant (P1). Cette position permet d’offrir des vues et de la lumière à l’ensemble des locaux toute l’année.

L’espace de l’atrium lui-même n’est pas chauffé, mais est maintenu à température. Il est couvert d’une grande verrière qui profite des apports solaires en hiver et qui est protégée par des stores extérieurs en été. Il est également ventilé par des ouvertures verticales au faîte de la verrière. Des ouvertures sont placées en partie basse du hall (niv 1) au Sud-Ouest et au nord-est, perpendiculaire aux directions des vents.

L’équerre Nord Ouest du projet répond comme en écho à l’équerre formée par le bâtiment existant. L’espace, ainsi défini et tenu, à l’intérieur duquel le bâtiment vient s’implanter, permet de conserver tous les arbres et en laisse au rez-de-chaussée les locaux non sensibles aux inondations. Le nouveau bâtiment redéfinit un sol au premier niveau. Chaque façade est dessinée en fonction de son orientation, mais aussi dans la relation qu’elles entretiennent avec le contexte.

Nous pensons que la construction d’un bâtiment est à chaque fois une opportunité pour trouver le meilleur équilibre à l’établissement de l’homme à travers les générations. Il s’agit aujourd’hui comme toujours des relations que « l’abri » entretient avec son « environnement ». Cette relation est aussi fragile qu’un coquelicot.

Les chercheurs forment une communauté d’exception, à la fois solitaires et reliés. Ils ont une relation aux autres qui leur est propre et qui passe par leur travail. L’esprit de la maison des sciences se situe pour nous autour de ce vide. Dans les qualités de lumière de température. Ce vide, cet espace, inaccessible, autour duquel les chercheurs circulent et travaillent, évoque la relation de l’homme à son environnement. À la fois conflictuelle et harmonieux, il interpelle par ses changements de lumières, pas les différences de températures notre relation aux autres et aux éléments.
Revenir au menu
Afficher la description
Revenir au menu
Cacher la description